Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 12:53

18838136.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20070907_033735.jpg

 

En bout de table était l’assiette du pauvre ou du voyageur égaré.

Dans bien des endroits, la coutume du gros souper de Noël etait de laisser un couvert libre et une chaise vide à la table au cas où un indigent se présenterait pour partager le gros souper.

 

Cette tradition s'appuie à l'origine sur le fait que cette place d'honneur servait à honorer le souvenir des parents disparus. Elle était suivie par des gens très riches et des très pauvres qui gardaient toujours l'assiette du pauvre, d'un plus pauvre qu'eux...

42543569.jpgEn général, c'étaient "les gaudes", un plat simple, qui constituaient l’assiette du pauvre au XVIIIe siècle.

La table comportait toujours une assiette de plus que le nombre de convives : l’assiette du pauvre. Ce couvert etait réservé à un inconnu qui pourrait frapper à la porte, à moins qu’il ne s’agisse de l’âme des morts de la famille.

 

En fin de repas, on ne débarrassais jamais la table quand les convives partaient. On remplissaient l'assiette du pauvre et on remontaient les 4 coins des 3 nappes de façon à ce que le repas entier soit mangé par les défunts de la famille qui reviennent pendant la nuit de Noël. Ainsi, les ancêtres pouvaient venir participer au repas comme les vivants.


«quelques aumônes distribuées dans la rue ne remplissent pas les obligations de l’Etat : celui-ci doit à tous les citoyens une subsistance assurée, la nourriture, un vêtement convenable et un genre de vie qui ne soit pas contraire à la santé. »

Montesquieu - « L’esprit des Lois ».

 

 

 

archimede-le-clochard-05-g.jpg

L'abbé Pierre disait :

"SI TU NE VAS PAS METTRE DE LA NOURRITURE DANS L'ASSIETTE DU PAUVRE, IL VIENDRA LA PRENDRE DANS LA TIENNE"

Partager cet article

Repost 0
Published by Baron Eraser - dans Evolution de l'Humanité
commenter cet article

commentaires