Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 10:14
Préambule

  • Bonjour à toutes et a tous. J'inaugure une petite série d'articles sur un sujet qui me tiens a coeur : le végétarisme et ses déclinaisons : végétalisme et véganisme.
  • Aujourd'hui je ferais une simple approche terminologique et explicative afin de poser des bases de réflexions saines et identiques.
  • En effet, un terme pour un végétarien n'a peut etre pas la même signification pour un non-végétarien.




Partie 1 : détail des mots et expressions


 

Végétarien : se dit d'une personne qui ne consomme plus aucun plat préparé à base ou avec des animaux en tout ou partie. Cela inclu la viande et le poisson. Pour des raisons de commodité, cela s'emploi aussi pour des personnes qui ne consomme plus de viande mais encore du poisson, ce qui est généralement le cas (et recommandé) quand on commence à devenir végétarien. Qui va Piano va Sano (qui va lentement va loin...).

 

Végétalien : c'est un végétarien au sens complet (plus de viande, plus de poisson, plus de crustacé) mais qui ne consomme plus les produit dérivés issu de la production animalière : oeuf, beurre, lait, etc... Un végétalien est donc un végétarien plus complet qui refuse les sous-produits fait à partir des animaux.

 

Végan : un Végan est un végétalien qui refuse de cautionner par sa consommation et son mode de vie l'exploitation animale sous toutes ses formes : alimentation (miel, etc..), vêtement (cuir, fourrure, etc..), cosmétiques, produits d'entretien, etc.. Un Végan est donc un végétarien + un végétalien doublé de la volonté de respecter les animaux en refusant de cautionner l'exploitation de ceux-ci.

 

Note : Je parlerais donc, pour simplifier à l'écrit des 3 V pour regrouper les 3 modes. Il peut y avoir bien sur des nuances selon les personnes. Il ne faut pas oublier que les 3 V sont là pour nous libérer et non pas pour nous asservir. Ils sont là pour nous apporter du bien être, autant mental que physique.

 


-------------------------------------------



Nous allons débuter par une approche concernant l'être humain mangeur de viande, bien que par extension cela s'applique aussi aux mangeurs de poissons et de crustacés.


J'ai pu lire assez souvent les expressions suivantes émanant de personnes non 3V, pour parler d'elles et de leur régime alimentaire :


- Carnassier
- Carnivore
- Omnivore
- Chasseur
- Viandar
- Prédateur


Tous les termes cités ci-dessus ont tous deux points communs : ils mentent en flattant.

Ils renvois en effet tous dans notre inconscient à des images nobles : Lions, Tigres, Requin, Loups, Renard, etc... Les mangeurs de viande aiment à ce voir comme eux. Mais c'est faux.

Si les termes cités ci-dessus sont eux justes et vrais pour désigner les animaux cités, ils sont TOTALEMENT FAUX  et INEXACT pour qualifier l'etre humain mangeur de viande.


On penserait tout d'abord que le véritable terme pour qualifier l'etre humain mangeur de viande serait plutôt :

C H A R O G N A R D



Définition de Wikipédia
 "Un charognard est un animal qui se nourrit de charogne, c’est-à-dire d’animaux morts et de matière organique morte.

Dans le sens populaire du terme, il s’agit généralement de rapaces. Les charognards sont donc à la fois des nécrophages (ils se nourrissent de cadavres) et des saprophages (ils se nourrissent de matière organique morte). Les charognards peuvent être nécrophages stricts (on parle de charognard nécrophage, dans ce cas), mais ce n’est pas une généralité. Pourtant, charognard et nécrophage sont souvent confondus."

Mais en allant encore plus loin dans le raisomment pour être tout a fait honnete, l'être humain mangeur de viande est devenu un Sacrophage, car il devient rare de manger l'animal entier car la plupart des gens ne mangent plus que des morceaux d'animaux préparés, emballés et pret a consommer. C'est donc de la matière organique morte.



La véritable teminologie pour désigner l'être humain mangeur de viande est donc :

Charognard Nécrophage et Saprophages

Définition de Wikipédia
"Bien qu’une proie doit souvent être abattue pour être mangée, on ne parle de nécrophagie que lorsque le cadavre n’a pas été tué par l’individu qui le mange, ni par un de ses congénères. Les nécrophages trouvent leurs proies déjà mortes, ou encore mourantes. Dans ce dernier cas, ils attendent la mort de l’animal passivement, mais ne le tuent pas eux-mêmes."

Définition de Wikipédia
"La saprophagie est le fait de se nourrir de matière en décomposition. La mouche est saprophage. Lorsque la matière en décomposition est issue d'un cadavre, on parlera plutôt de nécrophagie."


Il apparait donc évident que la terminologie est beaucoup moins flatteuse pour désigner l'être humain mangeur de viande.


L'être humain mangeur de viande est donc passé
de cette croyance


Carnassier |  Carnivore | Omnivore | Chasseur | Viandar | Prédateur
Tigre.1.jpgLoup.jpglion.jpgrequin_blancld020.jpgours_polaire.jpgrenard1sw.jpg



à cette réalité

Charognard | Nécrophage |Saprophage
oiseau-rapace-tete-vautour-fauve-profil.jpgMouche verte dos800px-Necrophorus tomentosus


Ce n'est pas dit pour blesser, ce n'est pas dit pour humilier. Ceci n'est que la vérité. Car je n'oublie pas qu'avant de devenir Végan, j'étais un "être humain mangeur de viande". Avant, jétais un charognard nécrophage et sacrophage...


Mais comment en est-on arrivé à un tel éloignement de la vérité ?

C'est ce que je vous proposerais de découvrir dans la partie 2 .
Tous droits réservés - Reproduction autorisé seulement si la source est citée.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nathalie 14/02/2013 13:53

J'en profite pour rebondir sur le commentaire de Gérard. Les poissons et fruits de mer sont aussi des animaux, ils souffrent également comme les mammifères ou les oiseaux. Consommer de la chaire
animale ne permet pas de dire que tu es végétarien. La réalité est que tu es piscivore, tu te nourris de la chaire des animaux aquatiques.
Etre végétarien consiste à ne consommer AUCUNE chaire animale. Cette désignation ne doit pas être galvaudée au risque de perdre de sa crédibilité dans notre combat pour le respect du vivant.

Nathalie 14/02/2013 13:49

Merci pour cet article très bien rédigé. Cependant, je suis ok pour le terme charognard qui définit parfaitement la position des humains "omnivores" mais si j'ai bien compris, le nécrophage mange
ce que ni lui ni l'un de ses congénères n'a tué, ce qui n'est pas le cas de la majorité humaine, et le sacrophage se nourrit de matière en décomposition, ce qui est le cas des chasseurs qui
laissent faisander les chaires mortes pour les consommer. En ce sens les charognards humains seraient donc occasionnellement sacrophages, mais pas nécrophages ?
A bientôt

SEROUART 12/07/2011 08:16


Merci Baron pour eux ! ♥ Et merci à toi de ton engagement sans faille. Merci d'être là. Namasté ♥
Nathalie


Baron Eraser 20/07/2011 11:45



Merci nathalie :)


Namasté ♥



Gerard 02/03/2011 14:11


Je suis d'accord avec ça, je suis végetarienne qui mange rarement le poissson et les fruits de mèr (pour moi ils n'ont pas le même niveau de consience comme les animaux) mais je pourrai m'en
passer, je suis d'accord pour vivre sans fourrure et cuir, par contre se passer du miel, non, ça serait trop dommage, je pense que les abeilles ont été crées pour nous apporter ce merveilleux
produit, le seul assimilable à 100% et exellent pour notre santé. Il faut juste réspecter les abeilles ne pas prendre beaucoup, leur laisser ce qu'ils ont besoin. C'est tout.


Baron Eraser 03/03/2011 09:20



Merci Gérard de ton commentaire. Concernant le miel, je partage ton avis sur le principe, car j'ai un ami qui vie en symbiose avec ses abeilles (il les protège, néttoi, nourri) en contre partie
elles le laisse prélever le miel en trop. Mais la plupart des gens (99 %) font leur course dans les grandes surfaces (ou assimilées) et donc ont du miel industriel, ou la les ruches sont un outil
de prodution, sans vie. Et mon ami ne vend pas son miel ;)


Bonne journée :)



Olga (facebook) 06/05/2010 23:59


Je cite >>> ... on ne parle de nécrophagie que lorsque le cadavre n’a pas été tué par l’individu qui le mange, ni par un de ses congénères...